Aujourd’hui nous profitons de la sortie du classement 2018 de Padel pour analyser les raquettes des joueurs du TOP 100 Français et le marché de la raquette de padel.

Que remarquons-nous sur le 1er graphique ?

Un leader incontesté : Head

Des poursuivants : Bullpadel, Babolat, Blackcrown

Un marché atomisé avec de nombreuses marques.

L’analyse du top 100 français ne représente pas le marché des raquettes de Padel en France (il n’existe pas de chiffre sur ce thème pour le moment), néanmoins, il nous permet d’obtenir quelques informations intéressantes sur ce marché. Head est le leader incontesté du top 100. Pourquoi ? Car ils ont un réseau dans le tennis très développé et étant donné que le Padel est en train de croître via les clubs de tennis, Head s’assure une certaine part du gâteau. Babolat, Technifibre, Dunlop… Toutes ces marques de raquettes de Tennis pourraient avoir un poids sur le marché de la raquette du padel mais elles se sont lancées bien après HEAD sur ce segment de marché (La fameuse marque Rossignol se lance d’ailleurs aussi sur ce marché). De plus Head peut compter sur son expérience et son image en Espagne pour se développer plus rapidement.

Les marques comme Nox, Blackcrown, Bullpadel, Royal Padel… sont des marques pure padel. Ces marques n’ont pas de réseau en France dans les clubs de tennis. Elles se développent souvent via les constructeurs de terrains de padel ou bien signent des contrats de représentations avec des joueurs pour pouvoir développer leur part de marché.

Adidas, acteur qui n’est pas souvent assimilé aux sports de raquette, se développe principalement via son partenariat avec la chaîne de football en salle et de padel «Soccerpark-lefive».

Pour le reste, pourquoi y-a-t-il un marché si atomisé (Il y a plus de 50 marques de raquette sur le marché, chacune ayant plusieurs modèles de raquette) ? Pour la simple raison qu’il est très facile de créer une marque de raquette de padel et ce n’est pas forcément très coûteux. De plus, de nombreuses usines proposent la fabrication des raquettes aux marques sans qu’elles aient à s’occuper de la partie technique. Donc beaucoup d’entreprises « marketing » voient le jour, vendant la même raquette parfois que ses concurrents mais avec des couleurs différentes (ce qu’il se passe d’ailleurs dans la construction de terrains de padel).

Quelles seront les conséquences d’un marché si atomisé à moyen terme ? Qu’il y aura beaucoup de concurrences, peu de marges et donc peu de profit à gagner. Chaque marque, à part Décathlon et deux ou trois autres qui arriveront à faire du volume, luttera pour vendre quelques raquettes à un prix toujours plus bas (sachant que le marché d’occasion est un marché qui fonctionne bien).

A côté de toutes ces marques, il y a bien une marque que nous avons oublié de citer : Artengo (Decathlon). Décathlon est et sera le numéro un du marché de la raquette en France. Avec ses raquettes d’entrée de gamme bon marché (et le développement en cours d’une raquette pour les joueurs de haut niveau, Décathlon se positionne comme le fournisseur numéro un du matériel de padel en France, comme il le fait déjà en Espagne.

Les différents réseaux de distribution des raquettes de padel en France ?  

A l’heure actuelle, le marché en France est tellement petit que les raquettes se vendent principalement via les moniteurs de Padel, les clubs, ou lors d’événements de padel, via le bouche à oreille ou via quelques rares boutiques spécialisées (ou parfois via un Décathlon qui a une section padel). Et dans le futur ?  Bien que nous n’ayons pas de chiffres, nous pouvons prendre comme exemple ce qu’il se passe en Espagne pour établir ce qu’il se passera en France dans les prochaines années concernant la distribution des raquettes de padel. En Espagne, les raquettes se vendent via les professeurs de Padel (qui représentent une marque ou parfois un magasin), via les magasins généralistes comme Décathlon qui est l’un des plus gros fournisseurs de raquettes en Espagne (d’autres grandes surfaces comme «el corte inglés» genre de Galeries Lafayettes vendent aussi des raquettes) via les magasins spécialisés (comme Padelnuestro ou padelmania, genre de Tennispro,  qui veulent venir sur le marché français et représentent à eux deux entre 15 et 20 millions de chiffre d’affaire sur le marché de la raquette en Espagne), via internet (amazon, sites des marques…) et via le marché de l’occasion (sur le web ou via le marché physique).

Ce sera donc un marché avec beaucoup de marques et beaucoup de canaux de distribution qui nous attends, c’est-à-dire un marché très atomisé dans lequel les grandes chaines de distributions (physique et web) seront souvent les grands gagnants car ils pourront proposer du choix et/ou faire des économies d’échelles importante pour vendre à meilleurs prix.

C’est tout pour aujourd’hui. On se retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle rubrique.

Romain TAUPIN